mercredi 11 mars 2015

La fureur du Prince – Thierry Berlanda

Lorsque j’ai vu que les éditions La Bourdonnaye proposait en avant-première de découvrir la suite de L’insigne du boiteux de Thierry Berlanda, à l’occasion de la dernière Masse Critique de Babelio, je n’ai pas pu m’empêcher de postuler. Autant vous dire que j’ai bien fait.




Résumé (présentation de l’éditeur) :
Le criminel le plus sauvage du pays vient de s’échapper. A l’issue d’un carnage qui promet d’être le premier d’une longue série, il a franchi les murs de son hôpital psychiatrique. Qui l’a aidé ? Et à quelle fin ? De nouveau, Jeanne Lumet, celle qui a permis son arrestation un auparavant, se dresse sur la route ensanglantée de celui que les journalistes ont surnommé le Prince. Et de nouveau, elle agit au péril de sa vie, entre Bareuil – son mentor qui joue un jeu sadique avec elle – et Falier – le flic en fin de parcours censé la protéger.


Première phrase :
« La nuit, l’appartement de Paul devient une sorte de féerie électronique. »


Nombre de pages :
La Bourdonnaye : 294 pages.


Mon avis :
Je viens de terminer à l’instant ma lecture et la première chose qui me vient à l’esprit c’est non, ça ne peut pas s’arrêter comme ça !

Il faut dire que pour moi ce livre était la fin des aventures du Prince alors forcément, je ne m’attendais pas à une telle fin. C’est une fin qui n’en est pas une. L’intrigue n’est pas terminée, le problème est loin d’être résolu même si la majorité des personnages de ce roman pensent l’inverse. Désolée pour eux, mais il va falloir qu’ils reviennent pour un troisième round. Dans un sens, je suis contente car j’avais encore envie de passer du temps avec eux, notamment avec Jeanne et Falier.

Si au début de ce livre, le comportement de Jeanne m’agaçait au plus haut point, j’ai aimé la voir reprendre du poil de la bête, redevenir cette jeune femme sûr d’elle et avec de l’entrain.
Pour ce qui est de Falier, il a moins de mordant que dans le début des aventures mais j’aime beaucoup ce personnage. Il donne l’impression de vouloir protéger Jeanne comme si c’était sa fille. D’ailleurs, le comportement de Jeanne à son égard donne aussi cette impression. J’aime beaucoup la relation qui s’est construite entre les deux personnages.
Bareuil est assez peu présent mais il m’est très antipathique. Je n’y arrive vraiment pas avec ce personnage…

A la lecture de ce roman, j’ai eu l’impression qu’il était coupé en deux. Une première partie, assez longue, où il ne se passe pas grand chose. On est plutôt sur de la théorie, ce qui permet de voir que l’auteur s’est vraiment bien documenté avec de nous raconter son histoire. Une seconde partie où la quête commence vraiment, où on se demande comment ça va se terminer… Ma préférence va à la seconde partie même si, j’ai envie de reprocher la même chose que dans le premier roman : le lecteur ne peut pas vraiment deviner qui est le coupable car il n’a que très peu d’information. Après, j’ai quand même eu un peu de flaire au vu de la fin mais chuut je ne dirais rien.

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé la plume de Thierry Berlanda. Il manie toujours aussi bien les mots. Le langage courant et le langage soutenu se mêlent agréablement bien. J’ai découvert de nouveaux mots sans pour autant me sentir bête.

Pour conclure, une lecture agréable dans laquelle j’ai retrouvé avec plaisir les personnages de L’insigne du boiteux. Par contre, je hais l’auteur pour l’horrible fin qu’il nous offre. Vite la suite… Un conseil : jetez-vous dessus dès le 8 avril, date de sa sortie.


L’auteur (présentation de l’éditeur) :

Thierry Berlanda vit à Paris. Il est écrivain, philosophe, auteur-compositeur et conférencier. Ses romans explorent des genres et des styles très différents. Il se distingue aussi bien dans la littérature générale que dans le polar, le roman historique, la série littéraire, avec à chaque fois une aisance et un talent incroyables.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook
son profil Facebook
son site internet


La maison d’édition :

Les éditions La Bourdonnaye ont été créées en décembre 2011 par Benoit de La Bourdonnaye. Cette maison d’édition développe « une ligne éditoriale généraliste très vaste autour d’auteurs français dont les styles et les univers illuminent » ses collections.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
le blog
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 



Merci aux éditions La Bourdonnaye ainsi qu’à Babelio pour leur confiance et l’intérêt qu’ils portent à Ma bibliothèque virtuelle.

8 commentaires:

  1. Très bel avis :) L'attente de la suite va être trèèèès longue :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, ça va être long... Merci :). Je file voir la tienne.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. N'hésite pas à lire "L'insigne du boiteux" pour être prête à dévorer celui-ci dés le 8 avril.

      Supprimer
  3. ce titre a l'air vraiment pas mal (la couv est glaçante !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est à l'image de l'histoire :)

      Supprimer
  4. La couverture fait peur, mais ton avis me donne vraiment très envie :) !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roman ne fait pas peur mais il est plein de suspense

      Supprimer